Cailleach : La sorcière gaélique

Publié par le

Cailleach : La sorcière gaélique

Cailleach était un personnage gaélique qui portait de nombreux noms. Malgré cela, elle est facile à repérer comme un archétype puissant et important dans la façon dont les Gaéliques voyaient leur monde.

Dans la plupart des sources, il y a peu de références à une déesse nommée Cailleach. Cependant, en y regardant de plus près, cette déesse gaélique était l'une des figures les plus dominantes du folklore.

En Écosse, en Irlande et sur l'île de Man, les déesses qui peuvent être identifiées comme Cailleach sont créditées de la création du monde et de la naissance de générations entières de dieux. Cependant, Cailleach n'était pas une déesse mère nourricière.

Bien qu'elle ait été une créatrice, Cailleach était une figure dure et brutale. C'était une déesse des tempêtes, des vents violents et du froid glacial.

Alors pourquoi le peuple gaélique semblait-il toujours considérer une figure aussi menaçante comme le créateur de son monde ? L'accent unique mis sur les pouvoirs créatifs de l'hiver réside probablement dans l'environnement dans lequel Cailleach était vénérée

Cailleach dans différentes cultures

Cailleach est un personnage qui apparaît sous différentes formes dans le monde gaélique.

On la retrouve dans le folklore et la mythologie de l'Écosse, de l'Irlande et de l'île de Man. Même au sein d'une de ces cultures, elle peut apparaître sous différentes formes et sous différents noms.

En Irlande, Cailleach est identifiée par le nom Digde dans certains récits, Birog dans d'autres et Biu dans des sources différentes. Dans une autre légende, elle est Milucra, la sœur et l'opposée d'Aine, la déesse de l'été.

En Écosse, Cailleach est le plus souvent Beira, la reine de l'hiver, un titre donné à Cailleach par des linguistes ultérieurs. A Manx, elle s'appelle Caillagh.

De tous ces récits, les contes écossais de Beira donnent la caractérisation la plus précise de Cailleach.

En tant que reine de l'hiver, elle est une déesse du temps, en particulier des tempêtes violentes et du froid glacial.

Elle est l'ennemie de Brighde, la déesse de l'été. Bien que les deux déesses travaillent souvent l'une contre l'autre, elles sont également considérées comme deux aspects d'un même pouvoir.

Une légende dit que Brighde a été emprisonnée par la reine des fées, qui était jalouse de sa beauté. Beira a régné sur le monde en son absence, alors elle l'a créé pour qu'il soit hivernal.

Les collines et les montagnes rocheuses d'Écosse ont été détruites par Beira pour servir de tremplins afin qu'elle puisse traverser à pied le paysage hivernal.

Beira était aussi la mère de tous les dieux. L'un de ses fils, Aengus, a libéré Brighde et a ramené l'été sur la terre.

La reine d'hiver poursuivait constamment le seigneur et la dame d'été, mais elle s'épuisait avant de pouvoir les attraper. Lorsqu'elle dormait, l'été arrivait au monde, mais l'hiver revenait lorsque Brighde s'enfuyait à Tir na Nog pour l'éviter.

Selon de nombreuses versions de l'histoire, Beira devait souvent se rendre au Puits de la Jeunesse pour suivre les jeunes dieux de l'été. Son sommeil pendant les mois d'été lui donnait le temps de se rendre au puits pour retrouver sa jeunesse et sa vitalité après avoir terminé l'hiver en tant que vieille femme.

D'autres versions de Cailleach ont conservé le thème de la déesse du mauvais temps.

Au pluriel, les Cailleachan étaient une collection de déesses mineures connues sous le nom de "Storm Hags". La météo destructrice personnifiée au point que les tempêtes de vent du printemps en Écosse étaient connues sous le nom de A' Cailleach.

En Irlande et en Écosse, des versions de Cailleach étaient connues sous le nom de chasseurs de cerfs, une activité plus courante pendant les mois d'hiver.

Les deux étaient également associées à la création du paysage, en particulier des collines et des montagnes. De nombreuses montagnes, collines et anciens monuments en pierre en Irlande, en Écosse et sur l'île de Man portent le nom de Cailleach.

Les deux pays ont également associé Cailleach à des lacs célèbres.

En Écosse, on dit qu'elle a créé le Loch Ness lorsqu'elle a transformé sa servante rebelle en eau. En Irlande, elle a piégé Fionn Mac Cumhaill en lui faisant plonger dans un lac pour une bague qu'elle prétendait avoir perdue afin de le transformer en vieil homme.

Comme en Écosse, la version irlandaise de Cailleach a probablement eu beaucoup d'enfants. Un poème qui fait probablement référence à elle dit qu'elle a eu cinquante enfants en famille d'accueil et a renouvelé sa jeunesse tant de fois que ses descendants ont fait des tribus et des races entières de personnes.

Bien que Cailleach ait porté de nombreux noms et ait eu de nombreuses légendes locales, certains aspects de l'histoire sont restés constants. Elle était une déesse de l'hiver qui créait des montagnes et des lacs, apparaissait souvent comme une vieille femme, et était la mère de nombreuses autres divinités.

Interprétation plus moderne

Si le nom de Cailleach est si largement utilisé dans la culture gaélique, c'est en raison de sa large interprétation.

Dans le monde entier, cailleach est souvent traduit par "vieille femme" ou "sorcière". Les linguistes pensent qu'il est né d'un mot désignant une femme voilée.

Le nom Cailleach n'a donc jamais fait référence à une déesse gaélique spécifique. Il a plutôt été utilisé pour un archétype.

L'archétype de la Cailleach est celui d'une vieille déesse créatrice du temps.

Les anciens peuples gaéliques semblaient reconnaître que les falaises, les montagnes et les vallées accidentées de leur pays étaient formées par le climat rigoureux qui y régnait. La déesse de l'été était peut-être bien aimée, mais c'était la déesse de la glace et des tempêtes qui avait façonné la terre d'Écosse, d'Irlande et de l'île de Man.

La généralité du mot cailleach explique aussi pourquoi il a été appliqué à tant de personnages apparentés.

Le mauvais temps en général était personnifié dans le folklore écossais et irlandais par des esprits féminins. Alors que Cailleach pouvait être utilisé comme un nom pour une seule entité, la traduction plus générale de "hag" pouvait être utilisée pour tout être associé au temps.

Le temps, cependant, n'était pas une constante. Comme la déesse qui l'a créé, les phénomènes météorologiques étaient cycliques.
Dans de nombreuses traditions, Cailleach était généralement considérée comme une vieille femme. Mais elle renouvelait constamment sa jeunesse.

Dans de nombreuses cultures indo-européennes, l'hiver était interprété comme une période où une déesse particulière dormait ou était enfermée. En Grèce, par exemple, les mois d'hiver étaient ceux que Perséphone passait aux enfers.

La mythologie gaélique, cependant, a inversé ce cycle. Plutôt que d'être dominée par la divinité du beau temps, c'était la déesse du froid et des tempêtes qui se reposait.

Le cycle gaélique n'était pas basé sur l'arrivée du beau temps, mais sur l'absence de mauvais temps.

Cailleach n'est peut-être pas l'un des noms les plus familiers de la mythologie, mais son importance dans le monde gaélique était indéniable. Sa dureté et son activité ont créé le monde tel que le voyait le peuple gaélique.

Résumons nous:

Dans le folklore gaélique, Cailleach ne fait pas référence à une déesse en particulier.

Le nom, qui se traduit par "sorcière" ou "vieille femme", est plutôt utilisé pour désigner un archétype qui existe dans toute l'Irlande, l'Écosse et l'île de Man.

Cailleach la sorcière est une déesse des tempêtes, de l'hiver et de la dureté. Au pluriel, le nom fait référence à une collection de sorcières de tempête, tandis que la figure singulière de Cailleach est la souveraine de l'hiver et le contraire de la déesse de l'été.
Dans la plupart des traditions gaéliques, on attribue à Cailleach le mérite d'avoir créé le paysage. Les collines rocheuses, les pics déchiquetés et les falaises abruptes ont été créés grâce à l'œuvre de la déesse de l'hiver.

Elle est également la mère de nombreux dieux dans certaines traditions, et de races entières d'hommes dans d'autres. Bien qu'elle apparaisse généralement comme une vieille femme, elle renouvelle constamment son énergie pour que l'hiver revienne toujours.

La vision gaélique de la déesse de l'hiver comme centre des légendes de la création et du cycle des saisons semble être à l'opposé de ce que la plupart des cultures croyaient. Plutôt que de se concentrer sur les plaisirs de l'été ou la croissance du printemps, les légendes gaéliques les dépeignent comme des périodes d'inactivité où Cailleach se repose pour rendre l'hiver au monde.

Le développement de Cailleach en tant qu'archétype clé est probablement dû au terrain et au climat des cultures qui la vénéraient. Les terres gaéliques ont été formées par l'action de la glace, du vent et de la pluie, et non par le temps calme de l'été.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.