Gothfrith d'York le viking

Publié par le

Gothfrith d'York le viking

Le 11 avril de l'année 882, des Vikings ont vaincu une armée franque à Remich, au Luxembourg. Les Vikings étaient dirigés par Gothfrith - un vétéran de la Grande Armée païenne qui a pillé les îles anglaises. Cependant, ce n'était pas la première fois que Gothfrith et ses hommes mettaient l'Europe du Nord-Ouest sous leurs haches.

Gothfrith s'était abattu sur la région en 880, dévastant la Flandre, le royaume de Lotharingie et plusieurs villes de la région. Il est resté un fléau jusqu'en 882, lorsque l'empereur Charles le Gros a rassemblé une force considérable pour faire face aux Vikings qui ravageaient son royaume. Alors que les assaillants marchaient vers Asselt, où les Vikings campaient, ils ont habilement divisé leurs forces pour prendre les hommes du Nord par surprise.

L'attaque, cependant, ne s'est pas déroulée comme prévu. L'effet de surprise a été gâché par des traîtres qui ont averti Gothfrith , ce qui a permis aux Vikings de se préparer à la guerre. Confronté à une bataille sanglante et rangée, Charles décide de ne pas attaquer. Il voyait un avantage stratégique à assiéger le camp viking, ce qui lui permettrait de remporter la victoire sans perdre plus de vies. C'était une bonne idée - en théorie.

Alors que le siège se poursuivait, une tempête de grêle extrême est apparue de nulle part et a sévèrement puni les forces franques. Les Vikings ont très probablement bénéficié de meilleures conditions dans leur campement (Thor a dû être loué ce jour-là). Les choses ont encore empiré pour les attaquants lorsque la maladie a commencé à se propager à partir des cadavres en décomposition qu'ils avaient entassés. Après seulement 12 jours de siège, il était devenu insupportable pour les Francs d'attendre plus longtemps la reddition de Gothfrith .

Bien que les commandants francs aient dû avoir des avis divergents, Charles le Gros a envoyé un émissaire pour discuter des conditions de paix avec les Vikings. Gothfrith , qui n'avait guère le choix (sauf celui de mourir de faim), fut contraint de se rendre. Il a prêté serment à l'empereur, promettant de ne plus jamais attaquer son royaume. Il a également dû accepter le baptême, devenant ainsi un chrétien avec Charles le Gros comme parrain. En retour, Charles le Gros l'a nommé duc de Frise aux Pays-Bas, ce qui lui conférait un pouvoir politique et financier. Gothfrith a également eu pour épouse la fille du roi de Lotharingie (elle a dû être satisfaite...). En d'autres termes, il est devenu un vassal de Charles le Gros, ce qui l'empêche de rompre son serment. L'autre chef viking présent dans le camp, Sigfrið, ne s'intéressait ni aux terres ni aux titres, puisque Charles devait le payer avec l'argent de l'église.

On pourrait penser que Gothfrith aurait vécu sa vie heureuse, contrôlant la Frise et couchant avec une princesse. Cependant, les vieilles loyautés ne meurent jamais. En 884 et 885, alors que d'autres Vikings attaquent et pillent de grandes parties de l'Europe du Nord-Ouest, Gothfrith ne fait rien pour les arrêter. Cela a rendu furieux les Francs qui l'ont convoqué à une réunion où il a été accusé de complicité. La situation s'est résolue à la manière médiévale, Gothfrith étant assassiné par les nobles locaux.

Vivre par l'épée - mourir par l'épée.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.