La cruauté des peines vikings

Publié par le

La cruauté des peines vikings

Tout à un prix

Pour fixer le montant d'une amende, un certains nombre d'éléments étaient pris en compte, comme le statut de l'accusé et ses moyens financiers. Il fallait également s'assurer que le montant était proportionnel aux torts fait à la victime. Très souvent l'amende était partagée entre la victime, La communauté et le chef de clan ou le roi, mais avec un risque de corruption.

Un avertissement par les autres

La loi Islandaise prévoyait les pires sanctions pour les esclaves qui commettaient des infractions. Les gràgàs stipulaient que si l'un d'eux tuait son maitre et tentait de s'enfuir, il devait avoir les bras et les jambes coupés pour servir d'avertissement aux autres esclaves.

L'exil dans les contrées sauvages

Le manque d'honneur était grave et sévèrement puni. La mise hors la loi de l'accusé équivalait presque à la peine de mort. Il existait deux catégories d'hors la loi: les uns, semi hors la loi ne l'étaient que pour une période de trois ans et récupéraient a terme leur propriété et leurs biens, tandis que les autres , totalement hors la loi, perdaient tout.

Prouver son innocence

Les vikings durent parfois affronter de terribles châtiments: marcher sur du charbon brulant. Porter des pierres chauffées à blanc ou plonger ses mains dans de l'eau bouillante pour y récupérer du fer. Si les cicatrices étaient propres et sans infections au bout de trois jours, c'était signe d'interventions divine et l'accusé était alors immédiatement innocenté.

Payer de sa vie

Certains esclaves étaient des étrangers capturés lors de raid, d'autres étaient des vikings qui avaient commis un crime grave ou avaient des dettes qu'ils étaient incapables de payer. Les esclaves n'avaient aucun droit, en réalité, être déchu de ses droits d'homme libre impliquait un risque mortel car tuer un esclave n'était pas considéré comme un crime.

Le prix ultime a payer

Les crimes comme le meurtre prémédité étaient presque toujours punis par la mort. La décapitation était le mode d'exécution la plus commune. Un autre particulièrement horrible était appelé "l'aigle de sang". On sortait les côtes sur le dos de l'individu jugé coupable pour créer une paire d'ailes qui "battait" comme celle d'un oiseau, tandis qu'il se mourait. Seules deux victimes mortes de cette façon ont été enregistrées.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.