L'Age du bronze nordique

Publié par le

Contrairement à leurs descendants féroces et guerriers, le peuple de l'âge du bronze scandinave vivait dans un paysage arcadien au climat chaud et à la culture paisible.

Si il y a bien une civilisation qui put se sentir malmenée par les grands bouleversements de l'âge du bronze, c'est put être les peuples nordiques de Scandinavie. À partir d'environ 2700 ans avant Jésus-Christ, ces éleveurs nomades adorateurs du soleil jouissaient d'un climat tempéré comparable à celui de la Grande-Bretagne, de la France et de l'Allemagne actuelles. Cette ère climatique est appelée "optimum climatique minoen car elle coïncide avec l'essor de la civilisation égéenne emblématique du même nom, mais les minoens ne furent pas le seul peuple de l'âge du bronze à profiter de la nourriture abondante et de l'amélioration de conditions de vie qui accompagnent souvent un temps favorable.
Tout comme les Grecs croyaient en un monde résultant d'un âge d'or mythique, les peuples de l'âge du bronze nordique pur croire qu'ils en étaient les habitants. Leurs ancêtres de l'âge de pierre avaient eu la prévoyance de défricher les zones les plus plates et les plus fertiles de leurs terres natales pour l'élevage et l'agriculture. La culture du raisin pouvait s'étendre dans toute la région: des preuves de la culture du millet à l'âge du bronze - une culture subtropicale désormais largement cultivé en Afrique et dans le sud des États-Unis - furent découverts au Danemark. Aucun vestige archéologique d'étables d'animaux, ni même de parties de bâtiments pour abriter le bétail, ne furent retrouvé en Scandinavie datant de cette période, ce qui suggère que la région était suffisamment chaude pour que le bétail puisse être laisser à l'extérieur pour paitre toute l'année. Les bancs de sable désormais balayés par le vent des îles de la mer des Wadden étaient autrefois un archipel d'îles de prairies luxuriantes. Les forêts de tilleuls qui couvraient encore les hautes terres de la région était riches en gibier, fruits et noix, et en chênes pour la construction ; les mers, les rivières et les lacs d eau douce à côté desquels les colonies furent établies regorgeait de poissons pêchés à la fois avec des hameçons et des filets. Des Landes bien gérées et régulièrement brûlées fournissaient des pâturages supplémentaires ainsi qu'une riche source de nourriture pour les abeilles. Les produits laitiers - une innovante nouvelle source de protéines que les humains n avaient commencé à consommer que récemment - formaient un groupe alimentaire majeur : selon des test ADN effectués sur des restes funéraires, les peuples de l'âge du bronze nordique avaient la plus haute tolérance au lactose de tous les Européens contemporains.
Il est possible d'entrevoir cette terre chaude et idyllique de lait et de miel dans la mythologie nordique. Dans la voluspa, la grande œuvre Mythique de la création préchrétienne de la mythologie nordique, le monde humain de Midgard dispose de terre nivelées, prêtes à être cultivées par certains des premiers dieux. Puis "Le soleil du sud chauffa les pierres de la terre, et le sol fut vert de pousses de poireaux". Le soleil était considéré comme féminin dans la mythologie nordique, un concept qu'il partageait avec leurs prédécesseurs de l'âge du bronze. De nombreuses découvertes archéologiques de l'âge du bronze nordique indiquent une religion adorant le soleil, centrée autour d'une déesse pour laquelle une grande variété d'animaux - poisson, serpent, chevaux et oiseaux -  étaient sacrés. Nous ignorons si ses fidèles la nommaient Sol ou sunna, comme le firent leurs descendants, car contrairement à d'autres civilisations de l'âge du bronze, les peuples nordiques n'avaient pas leur propre système d'écriture. Plus tard, les Scandinaves utilisèrent des alphabets runiques, tels que le vieux futhark, qui conviennent pour transcrire de simples informations, mais les premières preuves de ce système runiques et d'autres remontent au 2e siècle, des centaines d'années après la fin de l'âge du bronze.
Que cela rende les peuples de l'âge du bronze nordique pré ou protohistorique est sujet à débat. La première trace écrite de la Scandinavie faite par quelqu'un d'une civilisation alphabétisée date du 4e siècle avant Jésus-Christ et flûte écrite par Pythéas de Massalia, un Grec ethnique d'une colonie située dans l'actuelle Marseille. Toutes les copies du manuscrit ont été perdues; nous n'en n'avons connaissance que par les écrits d'érudits ultérieurs, dont la plupart avaient une vision du monde centrée sur la Méditerranée. Néanmoins, dans "de l'océan", Pythéas décrivit avec précision la localisation des populations de l'âge du bronze nordique : le Danemark, la Suède, et les côtes de Norvège. l'Islande et le Groenland n'avaient pas encore été colonisés.
Les régions arctiques, la glace polaire, les marées et le rôle de la lune dans celles-ci (un phénomène négligeable dans la Méditerranée à faible marée, mais d'un impact considérable dans les mers du Nord), et le soleil de minuit. Il prétendait avoir fait le tour de la Grande-Bretagne et décrivez comment les habitants de Bêlerions ( la Cornouailles) extrayaient est commercialisaient à l'étain (bien que Pythéas est écrit bien après la fin de l'âge du bronze, ce matériau clé étant encore une marchandise de base importante).
Il décrivit ensuite l'ultima Thule", la terre au bout du monde, au-delà de l'océan nordique. Alors que son récit remonte à des siècles avant même la première colonisation de l'Islande et du Groenland, qui furent tous deux appelés plus tard Thule, il fut suggérer que l'île de Thulé de Pythéas était probablement la Norvège.
Les preuves archéologiques trouvées dans toute la Scandinavie correspondent exactement aux descriptions de thulé faites par Pythéas après l'âge du bronze indiquant que les peuples de l'âge du bronze nordique vivaient dans une société agraire relativement paisible dans laquelle il y eut peu de changements pendant des siècles. Ils vivaient dans des fermes largement séparées plutôt que dans des villages avec des maisons Communes longues et quelques bâtiments plus petits abritant des groupes familiaux élargis. Certains étaient plus riches que d'autres ; leurs pieces étaient plus grandes et les trésors qu'il laissèrent derrière eux étaient remplies d' anneaux en or qui enflammerent plus tard l'imagination nordique. Et même si l'on ne peut pas dire avec certitude quelle étaient leur religion et leur vie intérieure parce qu'ils n'avaient pas encore leur propre système d'écriture pour nous en parler, beaucoup de choses peuvent être déduites depuis le contexte.
Le climat nuageux et pluvieux que les historiens grecs, habitués à un soleil "pur" illimité, trouvèrent si inhabituel, explique en grande partie l'importance du soleil pour la société nordique de l'âge du bronze et pourquoi il le concevaient comme une déesse a adorer et à apaiser : le soleil, qui disparaissait presque entièrement au cœur de l'hiver, symboliser probablement la vie elle-même, et certainement ce qui la nourrissait. De nombreuses artefacts de l'âge du bronze nordique présentent des dessins qui représentent le soleil voyageant dans le ciel dans son char tiré par des chevaux, semblable à Sol, la déesse nordique ultérieure, tractée dans le ciel par ses chevaux Arvakr et Alsvidr, poursuivi par le loup Skoll ou Fenrir, qui dévora le Soleil lors du Ragnarok, l'Apocalypse de la mythologie nordique.
Pour les peuples de l'Age d bronze nordique, le chat est un engin intéressant à utiliser dans l'iconographie.. A l'époque il s'agissait d'une technologie de pointe, probablement inventé par la culture de Sintachtades steppes eurasiennes à la fin de l'Age du cuivre ou au début de l'Age du bronze, et largement popularisée le long de leurs routes migratoires nomades. Un large éventail de similitude relie les peuples de l'Age du bronze nordique et la culture du Sintachta, comme des liens génétiques communs avec la culture de la céramique cordée présente dans toute l'Europe du nord et aux frontières de l'Asie au néolithique, à l'Age du cuivre et au début de l'Age du bronze, une tolérance élevé au lactose et des liens linguistiques et culturels de la famille linguistique proto-indo-iranienne. Il existe également des influences de cette famille linguistique sur le groupe linguistique  finno-ougrien présent dans le nord de l'Asie et dans le Nord Est de l'Europe, et des motifs culturels similaires sont partagés jusqu'en Inde, notamment celui de la déesse védique de l'aurore Ushas dans son char d'or.
Des hymnes la vénèrent dans le Rig-véda, l'antique texte hindou qui est l'un des outils clés pour comprendre les liens au seins des cultures proto-indo-européennes. On peut imaginer que la déesse du soleil de l'Age du bronze nordique était probablement vénérée pour des raisons similaires: en tant que divinité de la lumière, de la chaleur, de la vie, de l'illumination, de la révélation, du renouveau et du temps.
Les peuples apparemment paisibles de l'Age du bronze nordique semblent si différents de leurs féroces descendants qu'il semble étonnants qu'ils soient issus du même tissu génétique et culturel.
Qu'est ce qui provoqua un tel changement? Vers 850 avant J-C, le climat nordique commença à changer, devenant plus froid et plus humide. En 650 avant J-C, les températures chutèrent d'environ 2 degrés. Les cultures ne poussaient plus de manière fiable,  surtout pas le millet subtropical qui avait été un aliment de base à la fois pour l'alimentation humaine et animale. L'optimum climatique minoen  touchait à sa fin, la généreuse déesse du soleil s'était détournée de ses enfants du nord et les habitants de l'Age du bronze nordique vécurent leur propre version de l'effondrement de l'Age du bronze. Plus maigres, plus affamés et dépourvus de ressources, ils devinrent les Vikings.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.