Thorgerd Holgabrudr

Publié par le

Thorgerd Holgabrudr

Nous tentons ici de vous expliquez ce sujet sur lequel il n'y a pas beaucoup de renseignements clairs sur Google.

Thorgerd Holgabrudr et sa sœur Irpa étaient des déesses norvégiennes. Certaines sagas relatent les histoires de ses riches temples et statues. Ses fidèles lui offraient de riches cadeaux et attendaient d'elle qu'elle intercède en leur faveur. Son disciple le plus influent était Haakon Sigurdsson, qui était essentiellement le souverain de la Norvège dans la dernière partie du 9e siècle.

Il prétendait descendre de Saeming, le fils d'Odin et de Skadi, et était célèbre comme un adepte des anciens dieux, qui a rompu son alliance avec le Danemark plutôt que de devenir chrétien. Les récits de Thorgerd et de son disciple sont donc, dans une certaine mesure, des récits sur la façon dont les païens et leurs dieux se comportaient, pour un public principalement converti.

Haakon Sigurdsson

La relation étroite qu'il entretenait avec sa déesse protectrice ressemble à celle d'Ottar et Freyja à Hyndluljod, et comme Ottar, il offrait fréquemment des richesses à sa déesse (et ne retenait pas ce qu'elle demandait, comme nous le verrons). Thorgerd a également quelques similitudes avec Skadi, venant du nord, fille d'une puissante figure primordiale, une femme indépendante avec un côté sombre.

Mariée ou fille ?

"Holgabrudr signifie "épouse de Holgi", aussi certains l'ont-ils reliée au légendaire Holgi ou Logi qui fut le premier souverain du Hålogaland, dans le nord de la Norvège. Snorri, cependant, donne Hǫlgi comme son père, ce qui correspond au modèle Skadi (et saga) des géants et de leurs filles.

"On dit qu'un roi connu sous le nom de Holgi, qui a donné son nom à Halogaland, était le père de Thorgerd Holgabrud. Des sacrifices leur étaient offerts à tous les deux, et le monticule de Holgi était élevé avec alternativement une couche d'or ou d'argent - c'était l'argent offert en sacrifice - et une couche de terre et de pierre.
(Skaldskaparmal ch. 44-5, traduction de Faulkes)."

Un poème de Skúli Þórsteinsson mentionne Holgi dans un kenning :

Lorsque j'ai rougi le feu du toit de Reifnir [feu du bouclier = épée], au large de Svold pour acquérir des richesses, j'ai amassé le toit du monticule [or] du guerrier Holgi en anneaux. (Faulkes : 112)

(Notez que Thiazi et Holgi étaient tous deux très riches, suffisamment pour figurer dans des chasses à l'or, et que son riche tertre funéraire était proverbial).

Thorgerd pourrait également avoir été l'épouse de Hålogaland lui-même, une sorte de déesse tutélaire. Son nom varie un peu d'un texte à l'autre, bien que toutes les variantes soient significatives (McKinnell 2014 : 269) :

-holda- " des nobles ", dans la saga Njals.
-Holga- "de Hålogaland ou de Holgi" dans la Jomsvikinga saga, le Jomsvikingadrapa et le Skaldskaparmal.
-Horða- "de Horðaland ou des Horðlanders" dans Flateyjarbok
-Horga- "des sanctuaires", dans la Jomsvikinga saga et la Ketills saga. (Il existe également une forme masculine, Horgi, dans Flateyjarbok ch, 173).
Comme nous savons qu'elle était fortement associée à Hålogaland et à sa famille régnante, et qu'elle avait des sanctuaires qui lui étaient consacrés, toutes ces versions de son nom sont logiques et reflètent probablement des aspects de son culte.

Description de ses temples

Les temples de type romain n'étaient probablement pas des caractéristiques du paganisme nordique, bien que des sanctuaires en plein air pour les divinités, avec un foyer pour les offrandes, aient probablement existé. (McKinnell 2014 : 277-8) Freyja décrit un tel sanctuaire dans Hyndluljod, se vantant de la façon dont Ottar l'a construit pour elle. Il se peut qu'ils aient été situés dans des clairières, comme le temple de Nerthus sur son île sacrée, puisque la saga Færeying mentionne que le temple de Thorgerd se trouvait dans une clairière, et que Haakon se rend dans une clairière pour prier pendant une bataille.

Cette nuit-là, Killing-Hrapp vint au sanctuaire du comte Hacon et de Gudbrand, et il entra dans la maison, et là il vit Thorgerda Shrinebride assise, et elle était aussi grande qu'un homme adulte. Elle avait un grand anneau d'or à son bras, et une guimpe sur sa tête ; il la dépouille de sa guimpe, et lui enlève l'anneau d'or. Il aperçoit ensuite la voiture de Thor et lui prend un deuxième anneau d'or ; il en prend un troisième à Irpa ; puis il les traîne tous dehors et les dépouille de tout leur matériel.

Après cela, il met le feu au sanctuaire et le brûle, puis il s'en va au moment où l'aube commence à poindre. (saga de Njals ch.87)

Il est clair que dans cette histoire, Killing-Hrapp veut détruire le pouvoir du comte en s'attaquant à son protecteur surnaturel. (Il est intéressant de noter que Haakon est parti prier après avoir trouvé le sanctuaire incendié, puis est revenu vers ses hommes et a identifié l'incendiaire. Mais Hrapp était trop rapide et leur a échappé).

Une autre histoire raconte comment Haakon a intercédé auprès de Thorgerd en faveur d'un allié, Sigmund :

"Ce n'est pas suffisant, dit le comte, vous devez demander de l'aide à une personne en qui j'ai placé toute ma confiance, Thorgerd, la jeune fille de Holgi. Ils se rendirent donc au temple, où le comte se jeta à terre devant l'image de Thorgerd, et resta ainsi un long moment. L'image était très finement ornée et portait un bracelet d'or à son bras. Lorsque le comte se leva, il saisit le bracelet pour l'enlever, mais l'image, comme il sembla à Sigmund, plia son poignet. "Elle n'a aucun sentiment amical à ton égard, Sigmund, dit le comte, et je ne sais pas si je pourrai te faire accepter par elle. Votre acceptation se manifestera par le fait qu'elle partagera avec nous le bracelet qu'elle porte au bras." Puis le comte prit une grande quantité d'argent et la déposa sur le piédestal devant elle. Une seconde fois, il se prosterna sur le sol devant elle, et Sigmund observa qu'il versait des larmes abondantes. Après s'être relevé, il saisit le bracelet que la déesse lui tendait et le donna à Sigmund en disant : "Je suis un homme de la rue.
à Sigmund, en disant : "Je te donne ce bracelet pour te porter chance ; tu ne dois jamais t'en séparer". (La Saga d'Olaf Tryggvason ch. 281)

La Færeying Saga, ou Saga de Thrond, raconte la même histoire, mais donne des détails sur le temple de Thorgerd que l'autre ne donne pas :

Ils prirent un certain chemin jusqu'au bois, puis un petit chemin de traverse dans le bois, jusqu'à ce qu'ils arrivent à un chemin de ronde devant eux, où se trouvait une maison entourée d'une clôture. Cette maison était très belle, et les sculptures étaient ornées d'or et d'argent. Ils entrèrent dans la maison, Hacon et Sigmnnd ensemble, et quelques hommes avec eux. Il y avait là un grand nombre de dieux. Il y avait beaucoup de lucarnes en verre dans la maison, de sorte qu'il n'y avait d'ombre nulle part. Il y avait dans la maison, contre la porte, une femme bien parée (ch. 23).

Il est clair que le comte et ses autres partisans la récompensaient par des richesses, que les temples officiels soient une réalité ou non. Sa faveur n'était cependant pas toujours facile à acheter, et lorsque les Jomsvikings ont attaqué la Norvège, Haakon a dû prendre des mesures extrêmes avant que Thorgerd ne lui vienne en aide :

"Le comte débarqua sur Prímsignd et s'éloigna dans un bois. Il s'agenouilla face au nord et pria. Dans ses prières, il invoqua son propecteur Þorgerðr Holgabrúðr. Mais, en colère, elle ne voulut pas entendre ses prières. Elle rejeta toutes les offres de grands sacrifices qu'il fit, et Hákon pensa que les choses se présentaient très mal. Il en vint à lui offrir un sacrifice humain qu'elle rejeta également. Finalement, il lui offrit son fils de sept ans, Erlingr, et elle l'accepta. Le comte a livré le garçon à son esclave Skopti, qui l'a tué. (Jomsvikinga Saga ch. 32, trad. Blake)"

Après ce sacrifice, la bataille commença à tourner en faveur de Hakon ; leurs ennemis, les Jomsvikings furent assaillis par une tempête de grêle ainsi que par le tonnerre et les éclairs. Puis la Thorgerd elle-même apparut, tirant des flèches du bout de ses doigts. Lorsque sa sœur Irpa l'a rejointe, un homme a déclaré qu'il n'avait pas juré de se battre contre les sorcières.

Elle fut plus utile lorsque Haakon voulut se venger d'un poète qui l'avait satirisé par magie. (Les satiristes irlandais pouvaient faire apparaître des furoncles sur leurs victimes ; le poète islandais a opté pour les hémorroïdes) :

"Le comte Hákon commença à se remettre de cette douleur intense, et on dit qu'il ne fut plus jamais tout à fait le même homme qu'avant, et le comte voulut maintenant venger Þorleif de cet embarras s'il le pouvait, en faisant appel à ses divinités protectrices, Þorgerðr Holgabruðr et sa sœur Irpa, pour qu'elles projettent leur magie vers l'Islande afin que Þorleif soit complètement vaincu, et il leur offrit de grands sacrifices et demanda des nouvelles. Et quand il eut reçu des nouvelles qui lui plaisaient, il fit prendre un morceau de bois flotté et en fit un homme de bois, et par la magie et l'incantation du comte et la magie et la sorcellerie extatique de ces sœurs, il fit tuer un homme, lui prit son cœur, le fit mettre dans l'homme de bois, puis le fit mettre sur ses pieds et lui donna un nom. Il l'appela Þorgarðr, et il l'ensorcela tellement par le pouvoir du diable qu'il se promena et parla aux gens. Puis il le mit sur un bateau et l'envoya en Islande avec pour mission de tuer Þorleif "le poète du comte". Hákon l'arma d'une hallebarde qu'il avait sortie du sanctuaire des sœurs et qui avait appartenu à Horgi. (Þorleifs þáttr jarlsskálds trad. Cole : 258-9)"

J'ai cité l'intégralité de cette anecdote parce qu'elle est un mélange intéressant de l'histoire d'Odin, de Lodur et de Hoenir qui ont créé les premiers humains à partir de bois, et d'une version vaguement comprise de l'histoire du golem. Il est tout de même intéressant que le patron du Comte Hakon protège son nom autant que son royaume. (Je suppose que l'Horgi qui possédait la hallebarde était une version du père/mari de Thorgerd).

Si Thorgerd n'a peut-être pas exercé de représailles contre Killing-Hrapp, ce fut une autre histoire lorsque le goði (prêtre) Grimkel a brûlé son temple. Il était allé la voir pour lui demander conseil, mais on lui avait dit que les dieux avaient abandonné son ami et qu'il était condamné. Sa réaction de mauvaise humeur n'a pas arrangé les choses :

"Grimkel se rendit au temple de Thorgerd Horgabrud et allait se prononcer sur le mariage de Thorbiorg, mais lorsqu'il entra dans le temple, les dieux étaient tous en grande agitation et s'apprêtaient à quitter leur piédestal. Grimkel dit :
"Qu'est-ce que cela signifie, où vas-tu et où vas-tu diriger la chance ?
Thorgerd répondit : " Nous ne porterons pas bonheur à Hord, puisqu'il a dépouillé mon frère Soti de son bel anneau d'or et lui a fait beaucoup d'autres malheurs. Je vais plutôt diriger la bonne fortune vers Thorbiorg, et une si grande lumière brille au-dessus d'elle que je crains qu'elle ne provoque une séparation entre nous. Mais tu n'auras que peu de temps à vivre.
Il s'en alla alors et fut très en colère contre les dieux. Il alla chez lui chercher du feu et brûla le temple et tous les dieux et dit qu'ils ne devaient plus jamais lui annoncer de mauvaises nouvelles. Et le soir, alors que les gens étaient assis à table, Grimkel Godi tomba soudainement mort et il fut enterré au sud de la cour de ferme."
(Harðar saga ok Hólmverja ch. 19, trans. Faulkes)

Plus tôt, au chapitre 15 de la saga, Hord a en effet pillé la tombe de Soti. Soti était un viking, et un énorme troll, et après sa mort il a été enterré dans un énorme monticule. Hord aurait peut-être dû se méfier lorsqu'un vieil homme vêtu d'une cape bleue (Odin, quelqu'un ?) lui a offert une épée magique qui l'aiderait à pénétrer dans le monticule. Les deux hommes ont ensuite volé l'anneau, l'épée et le casque de Soti. (Røthe 2006 : 8)

Un autre récit du temple de Thorgerd provient du Flateyjarbok, une histoire de l'Islande. L'une de ses sagas raconte l'histoire d'Olaf Tryggvason, le grand christianisateur, et comment il a vaincu Haakon pour devenir roi de Norvège. Après la mort d'Haakon, trahi par son ami, Olaf a entrepris de détruire tous les vestiges du paganisme en Norvège, y compris le temple de Thorgerd. (Je n'ai pas réussi à trouver une version de Flateyjarbok en ligne, mais ce qui suit est un résumé).

"Au chapitre 326 de la saga d'Óláfr Tryggvason, à Flateyjarbók, la statue de Þorgerðr et sa maison de culte sont décrites. La belle maison de culte de Þorgerðr était, dit-on, située dans une clairière de la forêt. À l'intérieur se trouvait une femme bien vêtue, assise sur un siège. Le roi lui enleva ses vêtements et la dépouilla de son or et de son argent. Après cela, il sortit la statue de Þorgerðr, l'attacha à la queue de son cheval et l'emmena avec lui vers ses hommes. Le roi leur demanda alors de mettre les vêtements sur la statue. Ce fut fait et elle fut assise devant un grand autel avec des coffrets remplis de l'or et de l'argent que Jarl Hákon lui avait donnés. Le roi lui fit enlever ses vêtements et la frappa avec sa massue pour qu'elle se brise en morceaux. Il a fait un feu où il a brûlé les statues de Þorgerðr et Freyr car il ne voulait pas que les hommes chrétiens louent l'une ou l'autre des statues et apportent ainsi le mal et la mauvaise foi. (Røthe 2006 : 5)"

Déesse ou géante ?

Lotte Motz, qui a été l'un des premiers chercheurs à étudier réellement les géants dans le mythe nordique, a soutenu que Thorgerd était une géante. Un point en sa faveur est que Snorri l'inclut dans une liste d'épouses de trolls, ce qui semble étrange puisque toutes les autres sources la qualifient de déesse. (Faulkes : 156)

Cependant, nous savons que la frontière entre déesse et géante peut être mince, et Skadi, Gerd, Jord (la mère de Thor) et Rind (la mère de Vali) sont toutes des géantes qui sont comptées comme des déesses. La saga Ketills prouve également que Thorgerd est une géante, bien que l'auteur ne soit peut-être pas tout à fait sérieux :

"Une nuit, il a été réveillé par un bruit venant de la forêt. Il sortit en courant et vit une femme troll, dont les cheveux tombaient sur les épaules.
Ketil dit : "Que fais-tu, mère nourricière ?"
Elle s'est mise en colère et a dit : "Je vais à la réunion des trolls. Il y a Skelking, le roi des trolls, qui vient du nord, de la Mer muette (l'Arctique), Ofoti de l'Ofotansfirth et Thorgerd Horgatroll, et d'autres grands monstres des terres du nord. Ne me retarde pas, car tu n'es rien pour moi, toi qui as tué Kaldrani." (ch. 5, trad. Chappell)"

Comme le nom de Thorgerdr est apparenté à celui de la déesse Gerdr, une autre géante, il semble probable qu'elle était elle aussi à cheval sur la frontière entre géant et dieu.

 

 

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.