Alfheim : Le royaume des elfes

Publié par le

Alfheim : Le royaume des elfes

La patrie des elfes est souvent imaginée comme un lieu de lumière et de beauté, mais comment le savons-nous ? Continuez à lire pour découvrir ce que nous savons et ne savons pas sur Alfheim et la race des êtres qui y ont vécu !

La mythologie nordique semble souvent confuse et contradictoire pour les lecteurs modernes. Le langage poétique et les descriptions vagues laissent de nombreux concepts ouverts à l'interprétation.

Cela est compliqué par le fait que la plupart de ce que nous savons de la mythologie nordique provient de sources ultérieures. Avec une influence extérieure évidente et écrit pour un public qui ne croyait pas nécessairement à la religion païenne, il y a un débat sur la mesure dans laquelle on peut faire confiance à l'authenticité de certaines de leurs histoires.

Même les thèmes et les images populaires de la mythologie nordique sont donc souvent remis en question. De nos jours, de nombreux chercheurs estiment que certains des aspects les plus populaires de la tradition de l'âge Viking sont d'une authenticité incertaine.

Les elfes et leur patrie, Alfheim, occupent une place importante dans l'imaginaire populaire. Grâce au folklore ultérieur et à leur incorporation dans les médias modernes, on pense souvent que les elfes ont joué un rôle important dans la croyance nordique.

La littérature qui a survécu raconte cependant une autre histoire. Les elfes sont rarement mentionnés et Alfheim ne nous est connu que par quelques courts passages dans des œuvres ultérieures.

Comment, alors, les images des elfes et de leurs terres sont-elles devenues si identifiables avec la religion nordique ancienne ?

Que savons-nous d'Alfheim ?

La mythologie nordique mentionne souvent les neuf mondes habités par différentes races. Alfheim, qui se traduit par "Le monde des elfes", est généralement nommé parmi eux.

Bien qu'Alfheim soit souvent cité comme l'un des neuf mondes, aucune source ne le nomme directement comme tel. En fait, il y a très peu de sources qui mentionnent Alfheim.

La patrie des elfes n'est mentionnée au passage que deux fois dans les sources du vieux Norrois. L'Edda poétique et l'Edda en prose ne contiennent chacun qu'un seul passage qui fait référence à Alfheim par son nom.

Une ligne de l'Edda poétique indique qu'Alfheim a été donné au dieu Freyr comme cadeau de dent perdue. Il s'agit de cadeaux offerts à un enfant lorsque sa première dent est apparue, ce qui signifie que le dieu Vanir a été fait seigneur d'Alfheim alors qu'il n'avait que quelques mois.

Snorri Sturluson en dit plus sur Alfheim dans l'Edda en prose, bien qu'il donne une description incomplète du terrain.

Il a confirmé qu'Alfheim était la maison des elfes. Il précisa cependant que les elfes de lumière, qu'il appela ljosalfar, y vivaient tandis que les dokkalfar, ou elfes des ténèbres, résidaient sous la terre.

L'Edda de la Prose dit que ces deux groupes d'elfes étaient "d'apparence différente, mais de nature bien plus différente". Beaucoup ont supposé que ces elfes noirs étaient de la même race que les svartalfar, ou elfes noirs, mentionnés ailleurs.

Bien qu'aucune des deux sources n'ait décrit Alfheim lui-même, les descriptions des elfes eux-mêmes donnent probablement un aperçu de ce qu'aurait été leur monde.

Sturluson a dit que les elfes de lumière étaient des êtres magnifiques et rayonnants. La plupart des interprétations d'Alfheim supposent que la terre où vivaient ces elfes serait tout aussi lumineuse et juste.

On suppose souvent qu'un autre passage de l'Edda en prose fait référence à Alfheim, bien que le nom ne soit pas spécifiquement donné.

Le texte explique la cosmologie et la mythologie scandinaves par le biais d'un personnage qui raconte ce qu'il sait dans un test de connaissance. Lorsqu'on l'interroge sur les royaumes célestes qui survivront à Ragnarok, le personnage en nomme trois et dit que le plus élevé d'entre eux s'appelle Vidblain.

Vidblain, "Wide Blue", est l'endroit où le personnage croit que se trouve le hall de Gimle. Après Ragnarok, Gimle deviendra la demeure céleste des morts honorés.

Cependant, le personnage dit maintenant que seuls les elfes de lumière vivent dans le pays de Vidblain.

Parce que les elfes de lumière y vivent, les érudits pensent que Vidblain et Alfheim pourraient n'être qu'une seule et même personne. Mais comme les sources ont si peu d'informations sur l'un et l'autre, on ne peut pas le prouver avec certitude.

Interprétation moderne

Il existe de nombreuses théories sur Alfheim, les elfes dont on dit qu'ils y vivent, et pourquoi il y a si peu d'écrits à leur sujet.

Pendant la plus grande partie de leur histoire, les cultures germaniques du nord et du centre de l'Europe n'avaient pas de système d'écriture. Bien que les runes aient été développées dans certains endroits dès le 3e siècle, elles étaient principalement utilisées pour des inscriptions et des invocations plus courtes plutôt que pour écrire des œuvres narratives plus longues.

Si ces premières inscriptions mentionnaient parfois des dieux ou des peuples individuels, elles ne fournissaient pas d'informations approfondies sur la mythologie. Si les œuvres plus longues ont été écrites en écriture runique, elles n'ont pas survécu à l'ère moderne.

Au contraire, la littérature qui nous est encore accessible a été écrite après que des moines et des érudits chrétiens aient fait de l'alphabet latin la méthode d'écriture standard des Scandinaves instruits. Les régions qui avaient été habitées par le peuple scandinave, en particulier l'Islande, ont été parmi les dernières d'Europe à être christianisées.

Alors que Snorri Sturluson était islandais et écrivait en vieux norrois, il n'a pas écrit l'Edda en prose avant le début du 13e siècle. Bien que le paganisme n'ait pas été aussi brutalement réprimé en Islande que dans de nombreuses autres régions d'Europe, le pays était toujours officiellement christianisé depuis plus de deux cents ans.

Snorri Sturluson était issu d'une famille riche et avait été éduqué par des prêtres chrétiens. Bien qu'il ait eu une connaissance et un penchant pour la mythologie païenne, l'influence du christianisme est évidente dans ses écrits.

De nombreux érudits pensent aujourd'hui que la classification des différents types d'elfes par Sturluson est l'une des façons dont la croyance chrétienne a été incorporée dans son travail. Plutôt que d'être une caractéristique originale de la croyance de l'âge Viking, ils pensent que la séparation des elfes de la lumière et des elfes des ténèbres a été inspirée par les notions chrétiennes d'anges et de démons.

En fait, si les elfes sont aujourd'hui des personnages populaires, ils sont largement absents des écrits nordiques anciens. On sait très peu de choses sur la façon dont les Scandinaves pré-chrétiens considéraient ces personnages ou leur patrie.

Il est peu probable, par exemple, que l'idée d'un paradis qui a survécu à la fin du monde ait été un concept original dans la mythologie nordique. Si la salle de Gimle était située au pays des elfes, elle était probablement plus basée sur le paradis chrétien que sur une tradition païenne.

Certains historiens pensent que l'Edda poétique pourrait donner un autre indice sur les elfes et leur monde.

Bien que l'Edda poétique date à peu près de la même époque que celle où Snorri Sturluson a écrit, on pense généralement qu'elle a été compilée à partir de sources existantes antérieures plutôt que d'être une œuvre entièrement nouvelle. Par conséquent, même si elle a probablement été rédigée par un chrétien, elle est considérée comme une représentation plus exacte de nombreux mythes.

L'Edda poétique mentionne que Freyr régnait sur Alfheim. Cela est surprenant, puisque Freyr était l'un des dieux du Vanir.

Les Vanir auraient vécu à Vanaheim, bien qu'il soit similaire à Alfheim en ce sens qu'il est rarement mentionné. Si le concept des Neuf Mondes était connu, Vanaheim et Alfheim faisaient partie des dizaines de royaumes mentionnés dans divers ouvrages.

Comme les elfes et d'autres races mythologiques, les Vanir sont mentionnés nommément dans très peu de sources avant les eddas. Si Freyr, sans doute le dieu Vanir le plus populaire, a régné sur Alfheim, les elfes auraient pu être les dieux Vanir eux-mêmes.

Il existe de nombreux exemples d'incorporation d'autres races, en particulier le jotnar, dans les panthéons des Ases et du Vanir. De nombreuses femmes jotnar, comme Skadi et Gerd, ont épousé l'un des dieux, par exemple.

Dans une source, on dit que les déesses incluent spécifiquement le jotnar et les elfes. Bien que cela s'applique aux membres féminins des panthéons, cela crée un précédent, à savoir que les races se chevauchent dans la pensée populaire.

Certains historiens pensent que le terme alfar, ou elfes, pourrait avoir fait référence au panthéon du Vanir. Le passage de l'Edda poétique ne ferait donc pas référence au fait que Freyr se soit vu attribuer la seigneurie sur une autre race, mais qu'il ait été couronné chef de son propre peuple.

L'opinion commune selon laquelle les elfes sont exceptionnellement beaux et brillants conviendrait aux dieux du Vanir, qui étaient souvent associés à la fertilité et à la prospérité. Freyr, en particulier, était considéré comme le dieu des jours ensoleillés, tandis que les elfes de l'Edda en prose étaient comparés au soleil.

Cela serait cependant en contradiction avec la description que fait Sturluson des elfes de la lumière et des elfes de l'ombre. Il n'existe aucune trace d'une race de dieux aussi sombre et désagréable.

Il est possible que la tradition ait changé ou ait été oubliée à l'époque de Sturluson. Trois cents ans après l'apogée de l'ère viking, les sens originaux des mots Vanir et alfar ont peut-être été perdus.

Sturluson, en examinant les sources plus anciennes et les croyances chrétiennes, ne savait peut-être pas que les deux termes étaient autrefois interchangeables. Comblant les lacunes avec leurs propres imaginations, les écrivains ultérieurs ont peut-être créé Alfheim comme le monde d'une race qui n'était pas aussi séparée qu'ils le croyaient.

En résumé

Alfheim, le monde des elfes, n'est mentionné que deux fois dans les sources du vieux Nordique. L'Edda en prose et l'Edda poétique ne contiennent chacune qu'une seule ligne qui nomme directement ce monde, et aucune ne le décrit.

Une autre seconde dans l'Edda de la Prose, dont on pense généralement qu'elle a été inspirée par la pensée chrétienne, fait référence aux elfes vivant à Vidblain, un royaume céleste. Bien que ce monde ne soit jamais directement nommé Alfheim, on pense souvent qu'il s'agit d'un autre nom pour le monde des elfes.

Alfheim est généralement désigné comme l'un des neuf mondes de la cosmologie nordique, mais aucune source contemporaine ne le confirme. La liste traditionnelle des Neuf Mondes est établie à partir de lieux mentionnés dans des sources connues, l'inclusion d'Alfheim n'est donc pas définitive.

Comme Snorri Sturluson, l'auteur de l'Edda de la Prose, a décrit les elfes comme des êtres beaux et lumineux, on pense souvent que leur monde était tout aussi beau. Même si Alfheim n'est jamais décrit dans l'écriture nordique ancienne, il est généralement dépeint comme un royaume luxuriant, lumineux et paisible.

Sturluson a également dit qu'Alfheim abritait les elfes de la lumière mais qu'une autre race, les elfes de l'ombre, leur était totalement différente et vivait sous terre. Comme on pense souvent que ces groupes ont été inspirés par des idées chrétiennes, les représentations de Sturluson sont remises en question par les érudits modernes.

Certains historiens se tournent plutôt vers l'Edda poétique pour avoir un aperçu de la nature des elfes dans la pensée nordique plus ancienne. La seule mention d'Alheim indique qu'elle a été donnée à Freyr, un dieu populaire de Vanir, lorsqu'il était enfant.

Cela signifie que les elfes n'étaient peut-être pas une race à part entière. En citant d'autres exemples de dieux comprenant plusieurs races et différents noms utilisés pour ces races, certaines personnes qui étudient l'époque pensent que le mot alfar aurait pu être un autre nom pour le groupe de dieux de Vanir.

Inconscient de cette idée ancienne ou par sa propre invention, Snorri Sturluson aurait pu changer ses elfes pour être plus séparé. Alfheim a peut-être été pensé un jour comme une région ou un territoire, mais à travers des travaux ultérieurs, il est devenu l'un des neuf grands mondes de la pensée nordique.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.