Qui était la Morrigan dans la mythologie irlandaise ?

Publié par le

Qui était la Morrigan dans la mythologie irlandaise ?

En tant que déesse de la guerre, de la royauté ou de la mort, la Morrigan est peut-être l'une des déesses les plus incomprises de la mythologie irlandaise. En fait, elle n'a peut-être pas été une déesse du tout.
Dans l'imagination moderne, la Morrigan est l'un des personnages les plus durables et les plus captivants de la mythologie irlandaise. On se souvient de la déesse de la mort et de la guerre pour sa brutale application du destin.

La Morrigan est perçue comme une séductrice et un métamorphe qui a mêlé le surnaturel, la sexualité et la violence d'une manière qui ne serait pas déplacée dans un film de fantasy ou d'horreur moderne.

Cependant, la façon dont elle était réellement perçue dans l'Irlande pré-chrétienne était probablement très différente.

Dans la mythologie irlandaise, la Morrigan est plus qu'une déesse séduisante au destin violent. En fait, son rôle était si complexe qu'on la considérait souvent comme trois déesses distinctes plutôt que comme un seul être.

La Morrigan, une déesse de la guerre

La Morrigan est le plus souvent décrite comme une déesse irlandaise de la guerre.

Dans ce rôle, elle prend souvent la forme d'un corbeau, bien qu'elle apparaisse également sous celle d'un loup ou d'une anguille.

Dans de nombreux mythes, la Morrigan semblait encourager les guerriers à accomplir de grandes actions de courage ou de force et pouvait frapper leurs ennemis pour leur accorder une victoire plus facile. Parfois, elle commençait la bataille, incitant les deux camps à la violence jusqu'à ce que les combats commencent enfin.

Dans les récits ultérieurs, la Morrigan, en particulier, était réputée prendre plaisir à se battre. Elle se délectait des effusions de sang et des souffrances et prenait un plaisir cruel à la mort des grands héros et des rois.

Dans d'autres cas, cependant, elle tentait d'aider les hommes à éviter les effusions de sang et exprimait ses regrets lorsqu'elle n'y parvenait pas. La Morrigan lui accordait parfois des faveurs ou l'annulait, mais elle était aussi un présage du destin.

La mesure dans laquelle la Morrigan a pu influencer le destin varie selon les histoires. Si elle semblait parfois servir de messagère, à d'autres moments, elle était capable de changer le cours des événements à elle seule.

Sous la forme du corbeau, ou badb, elle volait au-dessus de nos têtes comme un présage que le sang allait bientôt être versé. Dans certains récits, elle apparaissait dans une vision à ceux qui étaient sur le point de mourir, soit sous cette forme, soit en lavant leurs vêtements tachés de sang.

Cette image de la Morrigan a survécu dans les croyances populaires longtemps après que le peuple d'Irlande n'ait plus cru aux Tuatha Dé Dannan.

Le précurseur des Banshee

Présage de mort et d'effusion de sang, la Morrigan a peut-être servi d'inspiration à l'une des créatures les plus emblématiques du folklore irlandais ultérieur.

Du vieil irlandais ben sidhe, le mot banshee peut être traduit par "femme du monticule de fées". On dit que ces monticules, les sidhe, étaient l'endroit où les Tuatha Dé Dannan ont élu domicile après l'arrivée des rois gaéliques.

On dit qu'il y a beaucoup de banshee dans toute l'Irlande. Selon certaines légendes, chacune des vieilles familles irlandaises avait son propre signe avant-coureur de la mort.

Le banshee apparaissait avant la mort d'un membre de la famille, généralement sous la forme d'une femme courbée et vêtue d'une robe sombre. Ses gémissements et ses cris d'angoisse annonçaient une mort imminente.

De nombreux éléments indiquent que cette fée bien connue descend de la Morrigan.

Dans certains endroits, la banshee est appelée la badb, qui était à la fois le mot irlandais pour corneille et le nom alternatif de la Morrigan elle-même.

Les corbeaux peuvent être un indicateur réel de la mort car ils se nourrissent de charogne, mais il est peu probable que la comparaison avec la Morrigan et la banshee plus récente soit une pure coïncidence.

Le nom de ben sidhe pourrait également indiquer une ancienne croyance dans le personnage en tant que membre des Tuatha Dé Dannan. On dit que les anciens dieux d'Irlande ont perdu une grande partie de leur pouvoir lorsque les Milesians, le peuple gaélique, sont arrivés en Irlande.

Les Tuatha Dé Dannan se sont repliés sur leurs sidhe, les forts souterrains qui parsèment le paysage. Dans le folklore ultérieur, ceux-ci étaient considérés comme des monts de fées et les Tuatha Dé Dannan réduits à des esprits mineurs.

L'un des liens les plus révélateurs entre la Morrigan et les banshees est la façon dont la fée est représentée en Écosse, pays voisin.

Les mythologies et le folklore de l'Écosse et de l'Irlande sont étroitement liés, c'est pourquoi les Écossais ont leur propre version du banshee. Elle y est parfois connue sous le nom de "bean nighe" ou "bean nigheachain".

La nigheachain d'Écosse apparaît comme une lavandière qui frotte les vêtements et l'armure de ceux qui sont sur le point de mourir au combat. C'est la même forme que prend la Morrigan dans l'un de ses mythes irlandais les plus connus.

La Morrigan et Cúchulainn

L'une des histoires les plus célèbres de la Morrigan se déroule dans un recueil de légendes connu sous le nom de Cycle d'Ulster. Celles-ci racontent l'histoire de Cúchulainn, dit être l'un des grands héros de l'Irlande du 1er siècle.

Beaucoup de ces histoires concernent les raids de bétail effectués par les dirigeants locaux des royaumes irlandais de cette époque. Le bétail était à la fois un symbole de richesse et de pouvoir, aussi, dans l'histoire comme dans la légende, ces raids et les efforts pour protéger les troupeaux de valeur prenaient souvent la forme d'une guerre totale.

Avant un de ces raids, Cúchulainn a rencontré une femme dans la forêt qui chassait une génisse. Il l'a insultée, l'accusant de vol.

Lorsqu'elle a pris la forme d'un oiseau noir, Cúchulainn l'a reconnue comme étant la Morrigan. Il lui dit qu'il ne l'aurait pas insultée s'il avait su qui elle était, mais la déesse lui dit qu'il était trop tard pour regretter son ignorance et qu'il paierait cher pour ce geste.

La Morrigan est apparue devant Cúchulainn avant un autre raid et lui a offert son amour, mais il l'a rejetée. Insultée à nouveau, la déesse prit les formes d'une anguille, d'un loup et d'une vache, comme elle l'avait dit.

Cúchulainn l'emporte cependant et survit au raid. Il a même réussi à blesser la Morrigan une fois dans chacune des formes qu'elle a prises.

Peu après le raid, une vieille femme est apparue devant Cúchulainn, menant une vache. Elle lui offrit trois verres de lait et, épuisée par la bataille, elle la bénit pour chaque verre.

La vieille femme était de nouveau la Morrigan déguisée, et à chaque bénédiction que Cúchulainn lui donnait, une de ses blessures était guérie.

Il finit par la reconnaître et regretta ses bénédictions lorsqu'elle lui rappela qu'il avait juré une fois et trois fois qu'il ne la guérirait jamais. En réponse, Cúchulainn s'est fait l'écho de ses précédentes excuses en disant qu'il ne l'aurait jamais fait s'il avait su que c'était elle.

Avant sa dernière bataille, Cúchulainn revit la Morrigan. Elle apparaissait comme une sorcière flétrie, lavant ses vêtements ensanglantés dans la rivière alors qu'il passait par là.

À la fin de la bataille, Cúchulainn fut mortellement blessé. Il s'est attaché à une pierre debout pour pouvoir mourir debout, mais il ne mourut pas avant qu'un corbeau ne se pose sur son épaule.

Noms de la Triple Déesse

Dans l'histoire de Cúchulainn, la Morrigan est apparue devant le héros avant trois batailles et a pris trois formes pour l'attaquer. En retour, elle fut blessée à trois reprises et reçut trois bénédictions.

Le nombre trois était important dans la religion celtique d'Irlande, et était particulièrement associé à la Morrigan.

Selon de nombreux témoignages et interprétations modernes, la Morrigan n'a jamais été une divinité individuelle. Elle était une triple déesse, bien que les trois parties individuelles qui composaient son caractère étaient souvent sujettes à débat.

Dans de nombreux cas, elle n'a été nommée que sous le nom de Morrigan. Sous ce nom, elle pouvait apparaître comme une seule déesse ou comme l'une des trois.

Dans d'autres cas, le nom de Morrigan était donné à une autre collection de trois déesses.

Les déesses nommées comme faisant partie de la Morrigan étaient incluses :

- Badb
- Nemain
- Macha
- Anand
- Fea

Il n'y avait pas de liste définitive des trois déesses qui composaient le collectif Morrigan ou Morrigna.

Parfois, ces noms pouvaient être utilisés de manière interchangeable. Par exemple, la Morrigan était parfois appelée Badb, le Corbeau, même lorsqu'elle n'était pas clairement référencée comme faisant partie d'une trinité.

La triple nature de la Morrigan était également apparente dans les trois rôles qu'elle jouait dans les légendes de l'Irlande ancienne.

Si la Morrigan est le plus souvent évoquée comme une déesse de la guerre, de la mort et du destin, elle jouait également d'autres rôles. Sa triple nature n'était pas seulement évidente dans ses différents noms, mais aussi dans sa domination sur la terre et la royauté ainsi que sur la mort.

La Morrigan, déesse de la souveraineté

Les histoires de la Morrigan qui apparaissent dans des ouvrages tels que le Cycle d'Ulster et le Cycle mythologique la montrent comme étant plus qu'une déesse sanguinaire de la violence ou un présage de mort.

De nombreux historiens interprètent ces histoires comme montrant la Morrigan sous la forme d'une déesse protectrice.

Par exemple, les raids de bétail du cycle de l'Ulster étaient intrinsèquement liés à la prospérité agricole. Le bétail représentait la fertilité de la terre et sa capacité à nourrir son peuple.

Dans cette interprétation de la Morrigan, elle ne se préoccupait pas des combats pour le bétail simplement par amour du carnage que de telles batailles provoquaient. Elle s'est impliquée dans les rafles de bétail parce qu'elles étaient liées à la terre, à sa fertilité et au bien-être de son peuple.

Plus évident que son rôle de déesse de la terre était la domination de la Morrigan sur la souveraineté et la royauté.

La mythologie irlandaise contient de nombreux exemples de déesses de la souveraineté. Par leurs faveurs, y compris les mariages rituels, elles donnaient symboliquement du pouvoir aux rois de la terre.

Dans le cycle mythologique, l'un des principaux événements est la guerre entre les Tuatha Dé Dannan et les Fomoriens, les précédents dirigeants de l'Irlande.

Avant la bataille décisive, la Morrigan emmène le Dagda, le chef des Tuatha Dé Dannan, sur les rives d'une rivière. Après leur rendez-vous, elle promet de rassembler tous les mages d'Irlande pour vaincre les Fomoriens.

Lorsque la bataille a commencé, la Morrigan ne s'est pas délectée des effusions de sang et de la destruction. Au lieu de cela, elle s'est calmement placée au front et a prononcé un poème silencieux.

Aussitôt, la bataille fut brisée et les Fomoriens furent jetés à la mer.

En interprétant la Morrigan comme une déesse de la souveraineté, il est facile de voir comment son rôle se joue dans le cycle mythologique. En consommant son union avec la Dagda, elle l'a symboliquement oint comme roi et, une fois cela fait, la victoire de son peuple était destinée.

La rencontre de la Morrigan avec Cúchulainn peut être interprétée de la même manière.

L'offense du héros ne consistait pas seulement à insulter la déesse, mais aussi à ne pas reconnaître son rôle de déesse souveraine du pays.

Cúchulainn a laissé entendre que la vache que la Morrigan menait n'était pas la sienne, bien qu'en tant que déesse souveraine et déesse de la terre, tout le bétail de l'Irlande lui appartenait et qu'elle pouvait le donner et le prendre comme elle le souhaitait. De plus, il tenta d'obtenir des réponses de son compagnon masculin et se comporta comme si une femme lui avait répondu, niant encore plus le rôle de la Morrigan en tant que véritable souveraine.

L'offre d'amour de la Morrigan à Cúchulainn, même après ces insultes, peut être interprétée comme une offre de lui donner de l'autorité plutôt que de continuer à servir sous le roi d'Ulster. En la refusant, Cúchulainn a renoncé à toute possibilité de s'élever dans la hiérarchie.

Dans cette lecture de l'histoire, Cúchulainn était destiné à mourir non pas parce qu'il avait personnellement offensé la Morrigan. Au contraire, son offense était contre la terre d'Irlande elle-même et le concept d'autorité divine.

Les origines confuses de l'histoire du roi Arthur

Une croyance commune à l'ère moderne est que la Morrigan a survécu dans l'une des légendes les plus célèbres de Grande-Bretagne. Beaucoup pensent qu'elle est l'inspiration de Morgane le Fay, la sorcière de la légende arthurienne.

Morgane est identifiée comme le fay, un terme français à peu près analogue au mot irlandais sidhe.

Dans les premières versions des légendes arthuriennes, à commencer par la Vita Merlini de Geoffrey de Monmouth au 12e siècle, Morgane apparaît comme une reine de l'au-delà, dotée d'un pouvoir immense. Dans les contes ultérieurs, elle est devenue soit la soeur d'Arthur, soit son amant.

Dans les premières apparitions de Morgane le Fey, elle était une guérisseuse bienveillante et une conseillère du roi Arthur. Les récits ultérieurs, cependant, ont fait d'elle un personnage plus ambivalent.

Le lien supposé entre Morgane le Fey et la Morrigan est largement basé sur les œuvres d'écrivains français, qui ont développé les légendes du roi britannique et de sa cour.

Dans ces histoires, Morgane le Fey joue le rôle de la femme fatale. Elle devient une séductrice qui utilise à la fois sa féminité et ses connaissances magiques contre Arthur et ses chevaliers plutôt qu'à leur profit.

Cette représentation de Morgane le Fey est similaire aux histoires plus anciennes de la Morrigan, bien que le personnage arthurien travaille contre le roi plutôt que pour légitimer sa revendication. Comme la Morrigan, elle utilise l'amour et la magie pour imposer et changer le destin et déterminer la royauté.

Les similitudes, cependant, sont presque entièrement fortuites.

Le nom Morrigan vient de la racine indo-européenne mar, qui signifie terreur ou cauchemar. Son nom est souvent traduit par mar rignu, ou reine fantôme.

Morgan le Fay, cependant, est tiré de sources galloises. Le vieux mor gallois et breton faisait référence à la mer.

Morgan le Fay est dérivé d'une déesse galloise de la mer plutôt que de la déesse irlandaise de la guerre.

Bien qu'il y ait des similitudes entre les légendes galloises et irlandaises, les deux cultures étaient et sont encore bien distinctes. Comme leurs langues appartiennent à des branches différentes de la famille celtique, les similitudes entre les noms et les mots n'impliquent pas nécessairement une relation.

The Matter of Britain, l'ensemble des œuvres dont sont issues les légendes du roi Arthur, a été tiré de sources presque exclusivement galloises.

La plupart des ajouts ultérieurs étaient français. La sexualité de Morgan le Fay ne reflète pas le rôle de la Morrigan dans la mythologie irlandaise, mais l'attitude des Français du Moyen Âge à l'égard de la sexualité et du pouvoir féminin.

En fait, dans les légendes ultérieures, Morgane le Fey est plus fortement influencée par la sorcière grecque Médée que par la Morrigan. De nombreux récits qui mettent en scène sa trahison et sa cruauté rappellent les mythes irlandais, mais sont en fait inspirés de récits grecs plus anciens sur la femme meurtrière de Jason.

L'association entre la Morrigan et Morgane le Fey n'est peut-être pas factuelle, mais elle est restée dans l'imaginaire populaire. Bien que les personnages ne partagent pas la même racine, les récits modernes de la tradition britannique ont renforcé le lien car leurs auteurs voient des parallèles entre les personnages.

La Morrigan était plus qu'une déesse de la guerre

La Morrigan irlandaise est souvent considérée aujourd'hui comme une déesse violente et vengeresse qui a inspiré des sorcières ultérieures comme Morgane le Fay. En vérité, cependant, ces caractérisations ne sont pas tout à fait exactes.

Alors que l'imagination moderne considère généralement la Morrigan comme une déesse de la guerre violente et séduisante, son rôle réel dans la mythologie irlandaise était beaucoup plus compliqué.

La Morrigan était associée à la guerre. Elle a souvent servi de présage à la violence ou à la mort, et a inspiré le conte populaire ultérieur des banshees.

Si la Morrigan se réjouissait parfois de la violence, elle semble souvent avoir été impliquée dans un conflit dans un but bien plus large. En tant que déesse de la terre et de sa souveraineté, elle était liée à la guerre parce qu'elle était liée au destin de l'Irlande elle-même.

La sexualité de la Morrigan était une façon symbolique de légitimer le pouvoir d'un roi. Nombre des batailles auxquelles elle a participé ont été menées pour assurer le maintien de cette royauté.

En tant que déesse aux rôles multiples, la Morrigan était souvent considérée comme une collection de déesses plutôt que comme une divinité unique. La trinité des déesses qui composaient la grande Morrigan n'a jamais été fermement établie, mais les différentes divinités nommées illustrent les nombreux rôles de la Morrigan dans la mythologie irlandaise.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.