Les Vikings Berserkers, les guerriers-shamans scandinaves

Publié par le

Les Vikings Berserkers, les guerriers-shamans scandinaves

Les Vikings étaient connus dans toute l'Europe comme des guerriers féroces, et aucune discussion sur la culture guerrière viking n'est complète sans un examen de l'histoire des berserkers, une secte particulièrement sauvage et violente de Norvégiens. Les berserkers sont entraient dans un état de frénésie animale avant le combat. Cet étrange culte a finalement été interdit, même dans la culture guerrière du Moyen-Âge scandinave, mais pas avant d'avoir marqué l'histoire.

Si vous vous intéressez à l'histoire des berserkers scandinaves, ne cherchez pas plus loin que cette liste. Vous y trouverez des informations sur les berserkers sauvages et sur les drogues de berserkers vikings absorbées avant que ces guerriers bestiaux n'entrent en guerre. Accrochez-vous à votre hache de guerre, car les choses que nous allons vous racontez vont vous faire frémir.

Ils entraient en guerre complètement nus, à l'exception d'un pelage d'animal

Les berserkers étaient un groupe de guerriers d'élite vikings qui allaient au combat sans armure traditionnelle. À la place, ils portaient des peaux d'animaux, généralement d'ours ou de loups. Le mot "berserker" vient du vieux norrois "serkr", qui signifie "manteau" ou "chemise", et "ber", le mot norrois pour "ours".

Berserkers allant au combat

De plus, ils étaient nus sous la peau. Du moins, selon la légende.

Ils vivaient comme des maraudeurs dans les bois, bravant seuls les rudes hivers scandinaves

Comme tous les membres traditionnels des sociétés secrètes chamaniques, les berserkers ont acquis leur pouvoir par la pratique rituelle. Ces pratiques comprenaient des périodes d'isolement extrême, le jeûne, l'exposition à la chaleur et au froid extrêmes, et des danses de groupe avec des armes avant le combat.

Guerriers Berserkers à l'attaque

Dans la nature, les berserkers vivaient comme leur animal totem, adoptant ses manières et ses habitudes, se nourrissant de la chasse et des raids dans les villages

Ils entraient au combat avec une frénésie psychotique et mettaient leurs ennemis en pièces

Ces Guerriers sont glorifiés et décrits comme des personnes qui participaient à des rites qui, avant le combat, les amenaient dans un état secondaire, comme une sorte de transe appelé berserkergang. Cette fureur, se produisait aussi bien pendant une bataille, une guerre que pendant leur travail journalier. Cela condition aurait commençait par des frissons, des grincements de dents et le corps engourdi, puis leurs visages se métamorphosaient en se gonflant et en changeant de couleur, état par dessus lequel ils entraient dans une sorte de surexcitation non contenue , qui devenait elle même une rage folle, sous laquelle ils hurlaient comme des bêtes féroces, mordaient le bord de leur bouclier et massacraient tout ce qu'ils rencontraient sans distinguer leurs amis de leurs ennemis.

Berserkers en transe

C'est dans cet état second, les berserkers perdaient toute capacité de réflexion ou de maitrise de soi, et hurlaient ou criaient pour mettre leurs ennemis en fuites.

Ils ingéraient des champignons psychédéliques et de l'alcool avant les batailles

Nous n'avons pas de preuves que les Berserkers se mettaient dans de tels états avant d'entrer en guerre, mais il est fortement possible qu'ils aient utilisés des champignons hallucinogènes et des quantités extrèmes d'alcool.

Dans un article publié dans l'American Journal of Psychiatry, Howard Fabing explique que les berserkers ont peut-être pris de l'Amanita muscaria, un champignon toxique contenant de la bufoténine. Lors d'essais, il a été démontré que la bufoténine provoque des hallucinations et des effets psychophysiologiques conformes à ceux décrits dans les sagas scandinaves.

Berserkers au combat

Quand à leur consommation d'alcool , elle devait être excessive. La consommation de champignons et d'alcool correspond à la connaissance contemporaine des rituels vikings, bien que d'autres raisons aient été avancées pour expliquer la rage de berserker, notamment l'hystérie auto-induite, l'épilepsie, la maladie mentale et même la génétique.

Un Berserker célèbre a mangé son propre bouclier avant d'abattre six champions ennemis

Au combat, tous les peuples craignaient ces guerriers car on les croyaient insensibles au feu, aux épées et autres armes de fer. Un poète islandais écrivait à ce propos :

"...une frénésie démoniaque s'empara soudain de lui ; il mordit furieusement et dévora les bords de son bouclier ; il continua à avaler des charbons ardents ; il s'empara de braises dans sa bouche et les laissa descendre dans ses entrailles ; il se précipita à travers les périls des feux crépitants ; et enfin, après avoir fait toutes sortes de folies, il tourna son épée d'une main rageuse contre le cœur de six de ses champions."
Sans nul doute cette folie ou rage n'était pas due à une soif particulière de sang ou de combat et ni à une méchanceté qui était naturelle.

Berserkers en état de transe

Pour être clair, cette personne est entré dans un état de haine incroyable, a mangé son propre bouclier, a mangé du feu, a couru à travers les flammes et, après avoir cherché toutes les autres façons de prouver sa rage, il a tué six hommes prompt au combat.

Le fait de faire machine arrière devant le feu et le fer est un thème souvent observé chez les berserkers. Ils n'avaient pas peur des armes. Il n'avaient d'ailleurs peur de rien.

Leur but ultime: se transformer en loup ou en ours

Les Berserkers n'ont pas seulement intimidé par leur manque d'armure, ils se sont aussi transformés mentalement. Pas du genre : "Oh, j'ai besoin d'un état d'esprit plus positif, je vais lire du Pema Chödrön." Non, fils. Les Berserkers ont assumé l'identité mentale des prédateurs qu'ils cherchaient à imiter.

Littéralement, le but du berserker au combat était d'assumer l'identité et les caractéristiques d'un ours ou d'un loup. Et pas seulement d'imiter, remarquez bien. Les berserkers étaient des acteurs méthodique. En fait, devenir un loup ou un ours était le but ultime de toutes les drogues, de l'alcool qu'ils prennaient et des rituels auxquels les berserkers participaient. Vivre dans les bois, imiter ces animaux servait de préparation à la transformation, tout comme entrer dans un état de frénésie.

Loups berserkers guerriers

L'un des derniers rituels sur ce chemin consistait à boire le sang d'un ours ou d'un loup. La saga viking islandaise Egils Saga Skallagrímsonar décrit un berserker qui se transforme littéralement en ours :

" Les hommes virent qu'un grand ours se dirigeait vers les hommes du roi Hrolf, en restant toujours près du roi. Il a tué plus d'hommes avec ses pattes de devant que cinq des champions du roi. Les lames et les armes le regardaient, et il a fait tomber les hommes et les chevaux des forces du roi Hjorvard, et tout ce qui se trouvait sur son chemin, il l'a écrasé à mort avec ses dents, de sorte que la panique et la terreur ont balayé l'armée du roi Hjorvard..."

les légendes scandinaves décrivent les Berserkers comme des métamorphes

Dans la légende nordique, "devenir fou" signifie "hamask", ce qui se traduit par "changer de forme". Ceux qui changeaient de forme en entrant dans le berserkergang étaient considérés comme hamrammr, ou "forts en forme".

Berserkers attaque village

Dans certains cas, les berserkers sont décrits comme subissant une transformation physique drastique, bien que cela soit sans doute en partie une hyperbole. Pourtant, dans le conte islandais "La saga d'Egil", il est écrit : "le plus dur des hommes, avec une touche d'étrangeté sur un certain nombre d'entre eux... ils ont été construits et façonnés plus comme des trolls que comme des êtres humains."

Dans sa saga Ynglinga, le poète et historien islandais Snorri Sturluson décrit ainsi les berserkers : "Ses hommes se précipitaient en avant sans armure, étaient aussi fous que des chiens ou des loups, mordaient leurs boucliers, et étaient forts comme des ours ou des bœufs sauvages, et tuaient les gens d'un coup, mais ni le feu ni le fer ne leur résistaient. On appelait cela le berserkergang".

Donc, apparemment, manger des boucliers était juste quelque chose que les berserkers faisaient partout.

Leur comportement maniaque choquait les troupes étrangères

Les rois scandinaves tels que Harald et Halfdan utilisaient les berserkers comme troupes de choc, ou comme groupe d'attaque avancé dans une bataille. Cela servait deux objectifs : ouvrir la voie à l'armée qui suivait et faire régner la peur dans le cœur des ennemis. Les berserkers étaient également étroitement associés au culte d'Odin, le dieu de la royauté (parmi une centaine d'autres choses).

Bataille berserkers , guerre viking

Ainsi, l'envoi de berserkers au combat en tant qu'avant-garde a pu gagner la faveur d'Odin. Ils étaient aussi parfois utilisés comme gardes du corps royaux.

Ils étaient tellement fous que les Vikings ont fini par les mettre hors la loi

La première mention de Berserkers se trouve dans un poème nordique sur le premier roi de Norvège, Harald Fairhair, qui a vécu de 860 à 940. Le poème mentionne une bande de guerriers dans l'armée d'Harald qui se battait en ne portant que des peaux d'animaux. Cependant, en 1015, la Norvège avait officiellement interdit les berserkers. Les codes juridiques de l'Islande ancienne mentionnaient aussi spécifiquement les berserkers, les rendant ainsi hors-la-loi.

Au 12e siècle, les berserkers dans toute force organisée ou présence militaire avaient pratiquement disparu.

Leur pillage psychotique a peut-être donné une mauvaise image des Vikings

Comme vous le savez peut-être ou non, beaucoup de comportements communément attribués aux Vikings n'ont que peu de liens historiques avec l'ancienne société nordique. Ils ne couraient pas partout en violant tout le monde (ils ne faisaient pas beaucoup d'élevage), il y avait un sens relatif de l'égalité des sexes et de l'équité dans le traitement social, et leur modus operandi n'était pas de tout détruire sur leur passage.

Alors, d'où viennent ces idées ? Il est possible qu'elles viennent, au moins en partie, des berserkers. Ils étaient les méchants de nombreuses sagas scandinaves, et sont généralement décrits comme "un groupe de prédateurs, de bagarreurs et de tueurs qui ont perturbé la paix de la communauté viking à plusieurs reprises".

L'image classique de viols et de pillages des Vikings apparaît dans les descriptions du comportement des berserkers. Dans Gesta Danorum, l'historien danois Saxo Grammaticus a écrit au début du 13ème siècle

"Les jeunes guerriers harcelaient et pillaient le quartier, et versaient fréquemment de grandes quantités de sang. Ils considéraient qu'il était viril et convenable de dévaster les maisons, d'abattre le bétail, de tout casser et d'emporter de vastes butins, de réduire en cendres les maisons qu'ils avaient mises à sac et de massacrer les hommes et les femmes sans discernement."

Et plus précisément, sur leurs exploits sexuels psychotiques :

"Leurs méthodes étaient si scandaleuses et si incontrôlées qu'ils enlevaient les femmes et les filles des autres hommes ; ils semblaient avoir proscrit la chasteté et l'avaient conduite au bordel. Ils ne s'arrêtaient pas non plus aux femmes mariées, mais débauchaient aussi les lits des vierges. La chambre nuptiale d'aucun homme n'était à l'abri ; presque aucun endroit du pays n'était exempt de l'empreinte de leur désir "

Ils n'étaient pas les seuls guerriers redoutables à l'époque

Les activités de type berserker ont été documentées dans la culture et la littérature en dehors de la Scandinavie dès l'Iliade, où un combattant est possédé par un dieu ou une déesse et assume des pouvoirs surhumains.

Image viking

Dans la culture malaise, les individus qui n'ont montré aucun signe de comportement violent ou de colère acquièrent une arme et lancent soudainement une tentative frénétique de meurtre ou de blessure grave sur le plus grand nombre possible de spectateurs, l'incident se terminant généralement par la mort de l'individu. C'est ce que l'on appelle "Running Amok".

Le héros mythologique irlandais Cuchulainn a fait preuve d'une frénésie guerrière semblable à celle des berserkers vikings. 

Il est possible que Grendel, ce monstre terrifiant de Beowulf, ait été un berserker

 Outre l'invulnérabilité au "feu et au fer", les berserkers possédaient des pouvoirs surnaturels pour affaiblir leurs adversaires au combat, par des ruses et de la sorcellerie. La mythologie nordique ne cesse de parler de la capacité du berserker à émousser l'épée et la lance d'un adversaire à l'aide de sorts, ou même simplement d'un regard menaçant. C'est une caractéristique décrite dès le 10e siècle, dans le poème épique Beowulf, dans lequel elle est attribuée au monstre Grendel.

Grendel de Beowulf

Un article paru dans le Lambda Alpha Journal, une publication du département d'anthropologie de l'université d'État de Wichita, souligne l'importance de comprendre la signification de l'association de Grendel avec les berserkers, compte tenu de la prépondérance de nombreux motifs scandinaves dans Beowulf :

Grendel coïncide étroitement avec les caractéristiques du berserker : Grendel semble posséder une forme d'esprit ; il se transforme lors de ses attaques contre Heorot ; l'apparence de Grendel est horrifiante ; Grendel semble avoir des capacités de métamorphose ; Grendel possède la fameuse immunité aux armes du berserker ; lors de ses attaques, Grendel montre les signes de la rage du berserker, notamment un gonflement et une rage ; après la bataille, Grendel tombe dans un état d'épuisement extrême ou de lassitude guerrière ; et enfin, Grendel se distingue de la société des Danois par sa violence contre cette société.

Les berserkers souffrent-ils d'un trouble psychologique non identifié ?

En 1987, le Dr Armando Simon a publié un article dans lequel il soutenait que la rage berserker, ou syndrome de la rage aveugle, devrait être incluse dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Ce syndrome se caractérise par une réaction agressive excessive à une insulte physique, verbale ou visuelle, une amnésie pendant la période de violence, une force anormalement grande et une violence ciblée. Le Dr Simon a présenté des études de cas récentes et a expliqué comment elles étaient parallèles au comportement des berserkers. Il a également affirmé que la maladie a été diagnostiquée en conjonction avec d'autres troubles liés à la violence, tels que le trouble explosif intermittent.

Guerrier viking drakkar bateau

Cette idée n'explique pas tout à fait tout ce que les berserkers ont fait. Par exemple, se mettre en rage aveugle pendant une journée entière après avoir essayé pendant des années de devenir un ours, puis se déchaîner dans un village et violer des gens. Non pas qu'ils ne souffraient pas de troubles mentaux, mais peut-être que les champignons magiques et le fait d'avoir bu du sang de loup les y ont aidés aussi ?

Le mot anglais "Berserk" est dérivé de "Berserkers"

Le dictionnaire Merriam-Webster définit le mot "berserk" comme "quelqu'un dont les actions sont imprudemment provocantes". Il donne également une autre définition du mot comme "un ancien guerrier scandinave frénétique au combat et tenu pour invulnérable".

Regardez nos reproductions de bagues de guerriers berserkers dans notre boutique.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.